Une question ? Contactez-nous :

+33 (0) 1 49 08 05 30 contact@osires.fr
ere-du-numerique
2Déc 2014
Déc 2, 2014

A l’ère du numérique, l’entreprise doit être plus agile

Alors que les NTIC ont transformé la société, l’entreprise fonctionne encore trop souvent selon un schéma hérité du monde d’avant. Il est grand temps de casser les cloisons, de changer les modèles pour mettre le numérique, mais aussi l’homme au centre de son organisation.

Information, réseaux, postes de travail, logiciels, tout change. Et ce n’est qu’un début. Est-il possible d’accompagner ces changements sans toucher au fonctionnement de l’entreprise ?

L’organisation actuelle est en effet une survivance de l’« ancien monde », celui où fonctions IT et métiers vivaient côte à côte sans jamais vraiment travailler ensemble. Cette époque est révolue et l’association étroite de ces professionnels est aujourd’hui indispensable.

L’importance grandissante du numérique et de la virtualisation confère en effet une position centrale à la DSI, tandis que le numérique doit être mis au service des métiers, qui ont pour mission de répondre aux attentes des clients.

De même, lors du Cercle Premier Transformation du SI de novembre 2013, les experts ont débattu de l’organisation des métiers au sein de la DSI. Ainsi, l’idée majeure qui a été développée est que les métiers doivent gagner en agilité et adopter un fonctionnement plus collaboratif. La séparation entre les différents métiers peut en effet être préjudiciable lorsqu’il s’agit de définir des besoins exacts et de fournir les solutions adéquates ou pour gérer les projets.

 

Collaboration des métiers et formation des utilisateurs aux compétences numériques

Ainsi organisée, l’entreprise devient agile ; elle peut répondre plus facilement aux attentes des clients. Cependant, pour parfaire encore cette transformation, DSI et DRH doivent aussi collaborer davantage.

A quoi bon en effet fournir aux métiers les solutions techniques dont ils ont besoin si leurs salariés n’ont pas les compétences pour les utiliser ? S’ils ne sont pas initiés aux risques liés à la virtualisation du poste de travail et au travail à distance via leurs différents devices ?

Mises à jour, versions, nouveautés, tout va aujourd’hui beaucoup plus vite. Impossible de mettre en place un plan de formation tous les trois ou cinq ans quand la technologie évolue en permanence.

Ensemble, DSI et DRH peuvent repérer les besoins en formation, les atouts de certains salariés, les lacunes d’autres, etc. Les connaissances de ces salariés-utilisateurs doivent elles aussi pouvoir être mises à jour, en même temps que leurs mobiles, tablettes et autres applis.

Il faut en outre « fondre » dans l’entreprise les outils professionnels et personnels, pour qu’il soit possible de passer aisément des uns aux autres. Bref, l’entreprise doit se réorganiser et donner toute sa place à l’homme pour acquérir souplesse, agilité et réactivité.

Des qualités indispensables pour réussir la transition vers le monde virtuel, et pourtant bien réel, du Cloud Computing.

Les commentaires sont fermés